Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LE FOIE GRAS DE MADAGASCAR

De notre grand reporter : Jack Haranda
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la production de foie gras à Madagascar ne date pas de la colonisation française. Il existait déjà des élevages de canards mais la technique de gavage a débuté à Benhenjy, à une cinquantaine de kilomètres de Tananarive au début des années soixante.
Le développement de la filière foie gras démarra au début des années 80, avec notamment la société Bongou. Dès lors les zones d'élevage se multiplièrent vers Fianarantsoa, Antsirabe, Ivato, Mahitsy. Les unités de transformation éclorent, telles que les sociétés la Hutte Canadienne, la Landaise, BK, FGM, dans le but principal d'exporter leurs produits. En 1997, l'embargo instauré par l'Europe sur les produits carnés venant de Madagascar mit un coup d'arrêt à ce marché. Depuis, quelques sociétés subsistent et fournissent surtout les restaurants locaux et les supermarchés de la grande île.
Selon les gourmets, le foie gras malgache n'a rien à envier au français, dont une bonne partie provient de Hongrie soit dit en passant.
Ce foie gras de canard (mulard) est réputé fin et moins gras que l'européen. Compte tenu du coût de la main d'oeuvre locale, ce produit de luxe ne l'est plus à Madagascar pour les résidents étrangers, les malgaches aisés, et est une source d'agréables surprises pour les touristes. Le canard est cuisiné à toutes les sauces, en magrets, cuisses confites ou non, cou farci, etc...
Le Sakamanga prépare lui-même son foie gras et vous pourrez le déguster dans ses restaurants avec un bon verre de vin blanc doux ou sec.
Bon appétit,
Jack Haranda

www.madalascar.net

Les commentaires sont fermés.