Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le programme de L'institut Français de Madagascar cette semaine

Conférence Socio-Anthropologie des politiques publiques avec Jean Pierre Olivier de Sardan : "La revanche des contextes", le lundi 14 mars 2016 à 18h.

les actus du Sakamanga, hotel sakamanga, hotel centre ville tananarive

Dans le cadre de la Semaine de la langue française et de la francophonie

Jean-Pierre Olivier de Sardan est un anthropologue français et nigérien, professeur d’anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales de Marseille. Il est également directeur de recherches émérite au Centre national de la recherche scientifique à Paris, mais réside à Niamey, au Niger où il conduit des recherches depuis des années.

 

Concert classique : Musique de chambre par Herimanitra Ranaivo et Guillaume Gras, le mercredi 16 mars 2016 à 13h.

les actus du Sakamanga, hotel centre ville tananarive, hotel sakamanga

Concert présenté par Madagascar Mozarteum.
Au programme : la Sonate pour Arpeggionne D 821 en la mineur de F. Schubert, Fantasiestücke Op.73 en la mineur de R. Schumann, Berceuse en Ré Majeur de G. Fauré, Le soir de Louis Vierne et Elégie op44 en sol mineur de A. Glazunov

 

Concert de rock avec le groupe "The Dizzy Brains", le vendredi 18 mars 2016 à 19h.

les actus du Sakamanga, hotel sakamanga, hotel centre ville tananarive

 

« Le rock n’a plus rien à inventer ? Ha ha. Mélangez injustices, absence de perspectives et restriction des libertés… Vous recevrez en boomerang l’électricité que nos sociétés ont parfois aseptisée. Car ces quatre-là n’ont rien à perdre, jouent leur va-tout et veulent balancer du son quand ça les chante. Comme ILS le chantent. Avec, surtout, ce sentiment d’urgence et cette envie d’errance… De là vient leur passion pour le rock’n’roll débridé (préférant Little Richard à Presley), le garage et autres ambiances psychées. Pas que de la musique, non : de véritables morceaux de bravoures, avec un vécu et du poil autour.
The Dizzy Brains ? Une dynastie familiale à la Asheton (The Stooges), plutôt que Gallagher (Oasis). Deux frangins auteurs-compositeurs : le bassiste Mahefa et le chanteur Eddy. Deux gosses d’une vingtaine d’années, élevés aux vinyles d’un père mélomane (The Kinks, The Kingsmen, The Vines, Singapore Sling…) et au passif scénique bien entamé. Sauf que, malgré le « The » en étendard, le rock malgache a moins de potes que son compatriote métal ou folklorique. Pire : le style joue les bannis. D’où sa dimension affranchie loin, très loin, de nos débats aussi nostalgiques qu’encyclopédiques…La survie ? Ici aussi. »

Les commentaires sont fermés.